Attention : cette recette nécessite un bon mixer ou blender.

  • 2 avocats mûrs
  • 1/3 de cup de cacao pur en poudre
  • 5 dattes Medjool (ou 7-8 dattes Deglet Nour)
  • 1/4 de cup de lait végétal ou d’eau
  • 1 càc d’extrait de vanille ou de vanille en poudre
  • 1 pincée de sel
  • (optionnel) de la noix de coco, du chocolat râpé ou des baies pour la déco
  1. Faire tremper les dattes dans le lait végétal ou l’eau pendant 30 min pour les amollir. Si ce sont des Deglet Nour, il peut être utile de chauffer le liquide auparavant pour plus d’efficacité. Dans un bon mixer ou blender, mélanger tous les ingrédients sauf la déco. Mixer jusqu’à ce que le mélange soit bien lisse, ajouter du liquide si nécessaire.
  2. Ajuster les ingrédients au goût : une datte en plus pour sucrer, du cacao pour renforcer le goût de chocolat…
  3. Répartir le mélange dans de petits bols ou verres, décorer avec les ingrédients de votre choix. Conserver au frais jusqu’au moment de servir (ce peut être tout de suite).

Et ce dessert, j’te le raconte ?

Pour mes 22 ans, j’habitais à Davis, en Californie, loin de la plus grande partie de ma famille et de mes ami⋅e⋅s. À l’université de Davis, j’avais rencontré Estelle, une Française en échange comme moi, qui avait fini par devenir ma coloc le temps de quelques semaines. Le soir de mon anniversaire, alors que je ruminais un peu l’absence de mes êtres chers, Estelle a réussi à redresser la barre en me cuisinant un repas de fête. Comme elle était en retard dans ses préparatifs, j’ai proposé de venir l’aider en cuisine. C’est comme ça que je me suis retrouvée à éplucher des noix en lui tournant le dos pour ne surtout pas voir la surprise qu’elle était en train de préparer pour le dessert.

Le repas était délicieux et surtout plein d’amour. Quand on en est arrivées au dessert, Estelle m’a regardée déguster ma crème au chocolat avec des yeux malicieux, pendant que je me demandais ce qui diable pouvait bien avoir laissé ces morceaux si fondants et… un peu verts ?! dans la crème mal mixée (la faute à un blender américain pas très performant, sans vouloir dénoncer). Nope, j’ai pas trouvé. Oui, tu peux faire cette recette à des ami⋅e⋅s sans craindre qu’iels se révoltent à l’idée de manger de l’avocat au dessert : ou c’est moi qui ai vraiment le palais grossier (mais bon…), ou bien, même en ayant tous les indices sous les yeux, l’avocat est à peu près indétectable.

Et puis c’est tout doux, crémeux, fondant, et je t’ai déjà dit que cette recette était pleine d’amour ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s